UNION PAYSANNE POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRAL (UPDI)

Adresse :12, Avenue Kibombo , B.P. 1559 BUKAVU (SUD KIVU)

Téléphone : 0997743415

Courriel : updi06@yahoo.fr

Titre du projet :

Problématique liée au conflit foncier entre la Chefferie de Nindja (territoire de Kabare) et le Groupement de Kalonge (territoire de Kalehe) dans la Province du Sud-Kivu.

Objet de l’intervention :

Le projet portera sur la mauvaise gouvernance observée dans le territoire de Kabare (chefferie de Nindja) et dans le territoire de Kalehe (groupement de Kalonge) suite au non respect des limites officielles entre les deux entités territoriales décentralisées. En effet, la distribution de terres dans la zone concernée s’effectue concurremment par les Mwami de Kalonge et de Nindja sans tenir compte des limites et dans le non respect des textes légaux en matière de législation foncière. Cette situation est à l’origine d’une vive tension entre les populations de Nindja et Kalonge d’une part et d’autre par entre ces dernières et les fermiers planteurs ainsi que le Parc National de Kahuzi Biega. Ces deux derniers intervenants font valoir des titres de propriété sur le même territoire. Tous ces acteurs sont soumis à une double administration selon qu’ils ont acquis leurs titres auprès de l’autorité coutumière de Nindja sur un territoire revendiqué par celle de Kalonge et vice versa. Malgré les cris d’alarme des associations de la société civile, les autorités ne semblent pas apporter une grande importance à ce problème qui est sur le point de dégénérer en confrontation violente. Ce risque est d’autant plus inquiétant dans une zone où les combattants FDLR et autres groupes armés sont toujours présents et où les risques d’alliances entre eux et certaines autorités locales restent prégnants. Certains leaders locaux ou délocalisés à Bukavu et à Kinshasa (au sein des institutions provinciales et nationales) semblent entretenir ce climat de tension selon que leurs intérêts sont orientés vers une ou l’autre des deux entités. Les actions des autorités locales (administrateurs des territoires de Kabare et de Kalehe) et provinciales (assemblée et gouvernement) semblent être dirigées vers d’autres objectifs inavoués que de trouver une solution à ce problème. Les actions en justice menées par certains acteurs n’ont pas abouti à résoudre cette épineuse question. Le présent projet se propose à travers recherche action participative, d’impliquer tous les acteurs pour les amener, chacun au regard de sa position et de ses intérêts, en vue de trouver une solution concertée et acceptable par tous. Le projet s’appuiera sur la documentation du conflit, des restitutions partielles des résultats aux acteurs ainsi sur l’organisation d’une table ronde et finalement par la mise en place et l’appropriation de la dynamique de paix et des droits humains par des structures permanentes locales. Cette démarche contribuera à renforcer localement la bonne gouvernance et le respect des droits humains. Ce processus sera également assuré à travers des séminaires ateliers de formation des leaders des communautés locales. Le projet veillera au bon fonctionnement des ces structures en leur assurant des moyens limités mais également par un encadrement de proximité (participation à leur rencontres, l’observation et conseils, …). Le projet va solliciter une implication plus conséquente et active des autorités à tous les niveaux : les autorités coutumières mettront leurs influences morales au profit du règlement du conflit foncier qui les oppose avec l’accompagnement des autorités de la territoriale, celles de la province ainsi que les instances judiciaires. Grâce à la Recherche Action Participative, les chefs traditionnels deviendront de véritables mobilisateurs des masses en faveur de la résolution du conflit entre les deux entités. C’est pourquoi leur participation sera de mise à toutes les étapes du projet : de la documentation du conflit à la table ronde en passant par la recherche action participative. La population locale sera impliquée par le biais des structures locales que sont les associations de la société civile, les églises, les divers comités à la base (relais communautaires et autres). L’interaction entre autorités et population constituera le socle de la pérennité des résultats atteints par le projet.

Cadre géographique / localisation :

La Chefferie de Nindja fait partie du territoire de Kabare dans la Province du Sud Kivu. La chefferie de Nindja est étendue sur 930 Km2 avec une population estimée à 60.000 habitants, soit une densité de 64,51 habitants au Km2. Nindja est limité à l’Ouest par le Territoire de Shabunda, au Nord par le Groupement de Kalonge (Territoire de Kalehe) et à l’Est par la Chefferie de Kabare. Elle est presque sur la même altitude que la forêt de Mugaba qui se prolonge sur la Parc de Kahuzi-Bièga. La forêt de Mugaba constitue sa limite Sud avec le Groupement de Kaniola (Territoire de Walungu). Le groupement de Kalonge qui, actuellement est partie intégrante du territoire de Kalehe, est également dirigé par un Mwami aux mêmes prérogatives coutumières et foncières que son homologue de Nindja. Avant le réaménagement de la Territoriale par les autorités de la deuxième république et son rattachement au territoire de Kalehe en 1969, le Groupement de Kalonge faisait du territoire de Kabare. Actuellement, ce groupement fait partie intégrante du territoire de Kalehe dans la chefferie du Buhavu mais jouit d’une autonomie coutumière et administrative. Il est limité au Nord par la chefferie de Buloho, à l’Est et au Sud par la chefferie de Kabare. La chefferie de Nindja constitue sa limite ouest. Sa superficie est de 750 Km2 pour une population estimée à 120.000 habitants, soit une densité de 160 habitants au Km2. La densité de la population serait-elle un des facteurs favorisant le conflit de limite entre les deux entités ? Une recherche orientée dans ce sens apportera probablement une réponse à cette question.

Durée et dates phares du projet :

Durée : 12 mois La durée du projet est prévue pour six mois. Son démarrage interviendra dans les quinze jours qui suivront son approbation par les deux parties et le règlement des aspects administratifs y relatif.

Objectifs spécifiques :

- Documenter le conflit foncier et les autres conflits (coutumier, administratif, environnemental voir le parc de Kahuzi ) y découlant entre la chefferie de Nindja et le groupement de Kalonge pour dégager les responsabilités de acteurs concernés d’une part et d’autre part amener à ces derniers à prendre des engagements pour une paix durable et la promotion de la bonne gouvernance dans la région ;
- Amener les leaders de deux communautés à travailler sur le conflit foncier qui les oppose et le déficit de gouvernance en vue d’y trouver des solutions durables pour leurs populations ;
- Mettre sur pied des structures locales permanentes susceptibles de favoriser le rapprochement et la réconciliation au sein des communautés par des actions transformatrices de conflits ;

Groupes cibles :

- Chefs coutumiers de Nindja et de Kalonge ;
- Leaders locaux et membres de la société civile de Nindja et de Kalonge ;
- Autorités politico administratives ;
- Propriétaires terriens de Nindja et Kalonge en général ;
- Administration provinciale del’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature du Sud Kivu

Mentions légales -